DOCUMENTS

Huguette                            Schneider

Danseuse Comédienne Eurythmiste

Chorégraphe et Metteur en scène

Professeur des arts du mouvement et de l'art de la parole




ARTICLES DE PRESSE


Forum International d’eurythmie à Witten 2014 avec la 11e classe de l’école Michael de Strasbourg

par Huguette Schneider

Nous sommes partis de l’école, avec 3 voitures, mercredi 28 mai à 10H pour arriver tranquillement à Witten vers 16 H. Sur les 650 participants attendus pour ce « 11e Internationales Jugend Festival », nous étions parmi les premiers arrivés, l’accueil fut comme toujours, chaleureux.


 

Le Witten Annen Institut für Waldorf Pädagogik est un centre de formation professionnelle pour les eurythmistes, les professeurs de classe, les spécialistes de la pédagogie curative, les professeurs de musique, les professeurs d’arts plastiques, les professeurs de jardinage, les professeurs de bois et du travail de la forge. Cet institut est également un lieu de ressources pour la création, l’administration et la gestion des écoles Steiner


 

Après avoir déposé nos affaires dans la salle de musique qui devenait le dortoir de la 11e classe de Strasbourg, nous avons visité les lieux : 7 salles d’eurythmie, 2 salles de musique, 5 petites salles de répétition pour les musiciens, toutes équipées d’un piano ; 1 atelier de sculpture transformé pour le Forum en «Nacht Café» (Café de nuit), un atelier de travaux manuels, 1 menuiserie, 1 forge, plusieurs salles de cours dont l’une est équipée d’un petit espace scénique pour les cours d’art de la parole ; 1 grande salle de spectacle, 1 cuisine et 1 réfectoire avec des terrasses pour pouvoir manger en plein air.


Autour, un parc, une fontaine, un étang une petite forêt, un immense jardin potager et des champs en culture agro-bio dynamique. 


Le Forum International d’eurythmie a été crée en 2005 par Arnold Pröll et les étudiants de l’école d’eurythmie du Witten Annen Institut für Waldorf Pädagogik. A ce jour, cette manifestation reste un évènement incontournable, le seul qui permet aux élèves du second cycle des écoles Steiner du monde entier de se rencontrer et de montrer leur travail en eurythmie. La scène est également ouverte aux étudiants en formation et aux compagnies professionnelles.


Nous étions donc là, dans une espèce de paradis dans lequel oeuvrait une fourmilière discrète mais efficace : « Das Forum Team ».


Vers 17H30, nous nous rendons à pied à la Blote Vogel Schule, l’école voisine de l’institut pour l’ouverture du Forum et les premières représentations. Nous nous sommes assis au premier rang tous les soirs. Au fur et à mesure des passages des groupes, nos élèves prennent conscience des enjeux... Tous ceux qui étaient passés sur scène ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Les nôtres se réjouissaient et avaient hâte de répéter le lendemain.


Après ce premier bain d’eurythmie, vers 23 H les élèves avaient rendez-vous au «Nacht Café», les Brésiliens y donnaient un concert.


Jeudi matin. Après un copieux petit déjeuner digne des usages allemands, chaque élève se choisit un atelier parmi les 14 proposés. Puis nous nous retrouvons à 11H 30 dans la belle salle d’eurythmie dans laquelle je venais de donner un cours. Tout d’un coup j’avais en face de moi une jeune compagnie d’eurythmistes qui avaient la ferme intention de conquérir le public. Jean Louis Dalloz, derrière son appareil photo, ne les avait jamais vu en mouvement. Il était lui aussi enthousiaste et convaincu.



Vers 13 H, le repas, puis chacun rejoint l’atelier de l’après-midi qu’il avait choisi.

Quelques élèves de Colmar, en visite au Forum, étaient arrivés accompagnés de leur professeur d’eurythmie, Morgane Dubourg. Tous étaient heureux de pouvoir converser en Français, échanger leur vécu et impressions.


La 11e classe de l’école Michael de Strasbourg, heureuse d’être là, trouvait sa place dans la grande famille eurythmique.


Tout s’enchaine vite, le temps passe et nous voilà sur scène samedi soir à 18 H.

Le rideau s’ouvre sur cette magnifique 11e classe qui n’a cessé d’intriguer les uns et les autres de part sa constellation particulière : 10 garçons et 2 filles. Mes collègues attendaient avec impatience, intrigués aussi. En 2010, la 11e classe de l’époque 10 filles (Dourga, Alice, Camille, Marie, Julie Gasco, Julie Imbert, etc... ) et 1 garçon (Tom) faisait le lever de rideau de 20H et était restée dans la mémoire collective. En 2011, les chefs d’oeuvre de Julie Imbert et de Mathieu Vincent avaient fait sensation. L’école Michael de Strasbourg a été depuis la création du Forum la seule école française représentée.


Comment décrire l’excellence, tant par l’exécution que par l’expressivité, la présence scénique, la générosité de ces10 jeunes hommes et de ces 2 jeunes filles ? Comment décrire la joie et la fierté que l’on ressent en tant que professeur en entendant l’ovation que le public leur fait.

Les élèves de cette 11e classe ont démontré qu’ils portaient l’eurythmie dans leur âme. Ils ne se sont pas contentés de montrer des gestes et des mouvements qu’ils ont sagement appris. Ils ont offert au public 3 chorégraphies :

« Donnez de la viande aux chiens » de Vladimir Visotsky

« Nouvelles dimensions » de Rosa Ausländer

« White Keys » de Jason Chilly Gonsales Beck

qu’ils se sont appropriés en y apportant leur touche de fraicheur et de vérité.

Le public a été touché par leur investissement, leur générosité et leur authenticité.


Mme Basold (une eurythmiste de 85 ans), fondatrice de l’école d’eurythmie de Witten me dit : « Et bien Huguette, vous avez fait des progrès ! »


A qui dois-je les réponses à ces questions qui me hantent devant chaque classe ?

Aux élèves bien sûr !

Car il est pour moi d’une importance primordiale de leur transmettre un outil, l’eurythmie, sans passer à côté de ce que ces élèves pensent et sont. Comment répondre au plus près, au plus juste à leurs désirs, à leurs attentes. Comment leur permettre d’être, non seulement de bons interprètes mais aussi des créateurs ? Comment attiser leur motivation, comment puis-je faire pour que travailler, être en mouvement les rende heureux ?


Anthea Beck de l’Ensemble Mistral Eurythmie de Stuttgart me dit : « Même mes élèves m’ont dit que tu avais de la chance d’avoir un pianiste qui donne le sentiment de penser avec toi quand tu travailles avec tes élèves.»


Oui, nous avons la chance, j’ai la chance d’avoir à mes côtés à chaque période d’eurythmie notre merveilleux, Maxime Knepfler. Un pianiste qui accepte de sortir avec moi des sentiers battus, un jeune homme qui regarde les élèves, tente de les comprendre. Il nous fait des propositions musicales, improvise, compose, et déchiffre les partitions que je lui donne à travailler avec enthousiasme. Un pianiste patient qui recommence sans cesse, qui sait prendre le temps et attendre que les élèves écoutent, entendent ce qu’il joue.


Nous sommes tous repartis pour Strasbourg, tôt le dimanche matin, nourris à satiété d’eurythmie, de rencontres, de sensations, fondamentalement heureux de l’acte que nous avons posé.


Je remercie les élèves et les parents de la 11e classe de la confiance accordée.


Je remercie tout particulièrement Arnold Pröll d’avoir insisté pour que je revienne une fois de plus au Forum avec des élèves et non pas uniquement pour donner un cours.